FORUM ALGÉRIEN DE MÉDECINE ::: MED-DZ : Retrait des médicaments contenant l’association dextropropoxyphène/paracétamol
  Se connecter pour vérifier ses messages privés 
Nom d’utilisateur: Mot de passe:   
Index  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Annonces Med-Dz  S’enregistrer

Retrait des médicaments contenant l’association dextropropoxyphène/paracétamol
Sauter vers:  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM ALGÉRIEN DE MÉDECINE ::: MED-DZ Index du Forum » Forums généraux » Café MedZédien.
Auteur Message
fofimed
Membre Novice
Membre Novice

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2010
Messages: 22
Sexe: Masculin
Année d'étude: Interne
Votre Faculté: Fac-Blida
Point(s): 23
Moyenne de points: 0
MessagePosté le: Jeu 16 Déc - 15:04 (2010) Répondre en citant

1. Qu’est-ce que l’association dextropropoxyphène/paracétamol (DXP/PC)?
Il s’agit d’un médicament associant deux substances actives : le dextropropoxyphène (DXP) et le
paracétamol (PC), disponible en France depuis 1964 sur prescription médicale.
Les spécialités pharmaceutiques commercialisées sont le Di-Antalvic® et ses génériques, ainsi que le
Propofan® et ses génériques qui contiennent également de la caféine (http://www.afssaps.fr/Infos-desecurite/
Communiques-Points-presse/Medicaments-contenant-du-dextropropoxyphene-nouvelles-donnees-americaines-concernant-lerisque-
cardiaque-chez-des-volontaires-sains-Communique).
Ce médicament est indiqué dans le traitement des douleurs modérées ou intenses et/ou qui ne sont pas
soulagées par l'aspirine, le paracétamol ou l’ibuprofène1, utilisés seuls.
H I S TOR IQU E
2. Pour quelles raisons les données concernant l’association DXP/PC ont-elles été réexaminées à
l’échelle européenne ?
En 2004, la réévaluation en Suède et au Royaume-Uni, du rapport bénéfice/risque des médicaments
contenant du DXP, a conduit ces deux pays à retirer du marché l’association DXP/PC. Cette décision a été
motivée par le nombre important de décès retrouvés dans ces deux pays (200 par an en Suède pour
9 millions d’habitants et entre 300 et 400 par an au Royaume-Uni pour 60 millions d’habitants), dans un
contexte d’intoxications volontaires (tentatives de suicide) ou accidentelles.
En France, plusieurs enquêtes ont été menées.
En 2005, une première enquête a montré un nombre de décès bien inférieur à celui observé en Suède et au
Royaume-Uni.
En 2006, une nouvelle enquête menée a comparé les risques de surdosage des médicaments anti-douleur
de palier II (DXP/PC, tramadol, codéine). La codéine présente une toxicité moindre au cours des
intoxications observées. En revanche, la toxicité du tramadol est supérieure à celle de l’association DXP/PC
et de la codéine, en termes de convulsions, de complications respiratoires et cardiovasculaires, et en terme
de décès consécutifs à des polyintoxications,
Dans ces conditions, l’Afssaps a souhaité poursuivre la surveillance des intoxications aiguës aux antalgiques
de palier II. Elle a considéré que ces données ne justifiaient pas de mesures de restriction ou de remise en
cause de l’usage de l’association DXP/PC. En effet, dans des conditions normales d’utilisation, ce
médicament n’a fait l’objet en France d’aucun signal particulier de pharmacovigilance qui aurait justifié la
réévaluation de son rapport bénéfice/risque.
Cependant, la différence de statut des médicaments contenant du DXP dans l’Union Européenne et le
nombre de décès par intoxication dans certains Etats membres ont conduit la Commission européenne à
demander la réévaluation du rapport bénéfice/risque des médicaments contenant l’association DXP/PC ou le
DXP seul. Les résultats de cette réévaluation ont été publiés par l’Agence Européenne du Médicament
(EMA) le 25 juin 2009.
3. Quels ont été les motifs de la décision européenne concernant les médicaments contenant du
DXP ?

Le CHMP (Comité des médicaments à usage humain) de l’EMA (Agence européenne du Médicament) a
émis le 25 juin 2009, un avis défavorable au maintien sur le marché des médicaments contenant du DXP,.
après examen des données disponibles (données d’efficacité et de sécurité transmises par les laboratoires
pharmaceutiques concernés, données des études cliniques publiées, données d’intoxication rapportées
dans différents Etats membres de l’UE).
1 L’ibuprofène, le paracétamol et l’aspirine sont des médicaments antalgiques de palier I. Le dextropropoxyphène, le tramadol et la
codéine, utilisés seuls ou en association avec le paracétamol, sont des antalgiques de palier II
Afssaps – décembre 2010 3
Les motifs de l’avis du CHMP sont les suivants :
• Les preuves d’efficacité, en l’état actuel des standards requis pour l’autorisation de mise sur le marché,
sont insuffisantes pour justifier le risque de décès encouru par les patients, en cas de surdosage accidentel
ou volontaire. En particulier, les études cliniques disponibles ne permettent pas d’établir une efficacité
supérieure de l’association DXP/PC par rapport au paracétamol seul dans la douleur aiguë ou chronique.
• La différence entre la dose thérapeutique et la dose toxique n’est pas suffisamment importante pour
garantir la sécurité des patients.
L’EMA a conclu qu’aucune mesure complémentaire de minimisation du risque ne pourrait être suffisante
pour éviter les conséquences graves d’un surdosage.
Cet avis a été confirmé par une décision de la Commission européenne, le 14 juin 2010, demandant le
retrait dans l’Union européenne des autorisations de mise sur le marché de toutes les spécialités contenant
du DXP dans un délai maximal de 15 mois. Ce retrait progressif devait permettre aux pays concernés
d’adapter les recommandations de prise en charge de la douleur afin d’aider les professionnels de santé à
étudier la meilleure alternative pour leurs patients.
4. Quel était l’avis de l’Afssaps sur ce dossier au moment de la réévaluation européenne en 2009?
Etant utilisé de longue date, le profil de sécurité d’emploi de ce médicament est connu et satisfaisant dans
des conditions normales d’utilisation, précisées dans l’autorisation de mise sur le marché et dans la notice
destinée aux patients. Les effets indésirables sont notamment des manifestations allergiques et des troubles
gastro-intestinaux. Mais il est vrai que les conséquences d’une intoxication accidentelle ou volontaire liées
au surdosage sont potentiellement graves, voire mortelles, en raison de la toxicité cardiaque et respiratoire
du DXP.
Cependant, en France, les données provenant d’enquêtes menées par le réseau des centres antipoison et
de toxicovigilance et par des laboratoires de toxicologie médico-légale mettent en évidence un nombre
estimé de décès bien inférieur en France à celui observé en Suède ou au Royaume-Uni. Des éléments
permettent d’expliquer les différences entre les Etats membres:
- La limitation en France de la dose maximale par boîte de DXP (600 mg) et de paracétamol (8 g) ;
- Le conditionnement sous blister, moins favorable à une prise massive que la présentation en flacon
présente dans les pays anglo-saxons ;
- L’indication, restreinte en France avec une utilisation le plus souvent en seconde ligne après échec d’un
antalgique de palier I ;
- L’enregistrement de l’association DXP/PC sur la liste I des substances vénéneuses, impliquant l’obligation
d’une prescription médicale pour toute délivrance et le caractère non renouvelable de cette prescription ;
- Des pratiques différentes d’un pays à un autre, quant au choix des médicaments pris lors d’intoxications
médicamenteuses volontaires.
Pour toutes ces raisons, l’Afssaps considérait qu’il aurait été pertinent de maintenir l’Autorisation de Mise sur
le Marché (AMM) de ce médicament en limitant la prescription à des situations justifiant son utilisation, telles
que la résistance ou l’intolérance aux antalgiques de palier I et II.
Néanmoins, la position retenue en définitive à l’échelon européen ayant été différente, il convient maintenant
de l’appliquer, en veillant à ce que le passage à des traitements alternatifs se passe dans les meilleures
conditions possibles, du point de vue de la couverture des besoins thérapeutiques des patients comme de la
maîtrise des risques.
Afssaps – décembre 2010 4
E N P R A T I Q U E
5. Quand l’Afssaps envisage t-elle de procéder au retrait des spécialités contenant du DXP du
marché français ?

Le 19 novembre 2010, la FDA (Food and Drug Administration) a communiqué les résultats d’une nouvelle
étude menée aux Etats-Unis avec le propoxyphène (équivalant du DXP), l’ayant conduite à considérer que
le rapport bénéfice/risque du propoxyphène n’était plus favorable. Cette étude montre que ce médicament
est susceptible d’entraîner des modifications de l’électrocardiogramme (ECG) aux doses thérapeutiques
maximales utilisées aux Etats-Unis, soit le double des doses maximales thérapeutiques recommandées en
France. Ces modifications sont susceptibles d’induire des troubles du rythme cardiaque qui pourraient être
graves et à l’origine d’une mort subite.
Les atteintes cardiaques observées avec le DXP étaient déjà connues en cas de surdosage. Cependant, les
résultats de cette nouvelle étude suggèrent qu’un risque de modification de l’ECG pourrait exister chez les
personnes âgées aux doses thérapeutiques maximales recommandées en France, en raison d’une
diminution de l’élimination hépatique et rénale.
Aussi, l’Afssaps a décidé de ne pas attendre la fin du délai maximal de 15 mois et envisage de procéder le
1er mars 2011 au retrait des spécialités contenant du DXP.
6. Que doivent faire les patients actuellement traités par DXP ?
En cas de traitement bref (1 ou 2 jours), un arrêt brutal de la prise de l’association DXP/PC ne présente pas
de danger particulier. En cas de prise prolongée, il est prudent de prendre conseil auprès de votre médecin
traitant.
Vous pouvez également prendre conseil auprès de votre pharmacien.
Du fait de la date de retrait avancée, nous vous invitons à consulter votre médecin afin qu’il puisse
reconsidérer votre traitement antalgique. Cependant, dans l’attente de votre consultation, vous pouvez
continuer votre traitement à condition de respecter les consignes suivantes:
- Vous devez respecter les doses qui vous ont été prescrites ; Afin d’éviter un surdosage, il est important de
respecter un intervalle d’au moins 8 heures entre 2 prises en cas d'insuffisance rénale. Cette précaution
d’emploi doit être particulièrement respectée par les personnes âgées chez lesquelles l’élimination
hépatique et rénale est souvent diminuée ;
- Vous ne devez jamais prendre votre médicament avec de l’alcool, avec un sédatif, tranquillisant ou un
autre médicament contenant du paracétamol ;
- Si vous ne l’avez déjà fait, vous devez bien lire la notice du médicament et suivre les instructions
mentionnées ;
- Comme tout médicament, ceux contenant du DXP doivent être conservés hors de la vue et de la portée
des enfants.
7. Après son retrait, comment seront pris en charge les patients traités habituellement ou
occasionnellement par l’association DXP/PC ?
Des alternatives thérapeutiques existent. Il appartiendra à votre médecin traitant de décider de la meilleure
alternative thérapeutique en fonction de votre cas.
Lors de ses communications de juin 2009 et juillet 2010, l’Afssaps avait d’ores et déjà souligné la nécessité
de ne pas instaurer de nouveau traitement avec du DXP et de procéder à la réévaluation du traitement des
patients sous DXP.
_________________________________________
merci dem avoir accepter parmis vous
Skype
Publicité





MessagePosté le: Jeu 16 Déc - 15:04 (2010)

PublicitéSupprimer les publicités ?
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM ALGÉRIEN DE MÉDECINE ::: MED-DZ Index du Forum » Forums généraux » Café MedZédien.


 


Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Med-Dz by TiBoy 2008-2010
phpBB skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com