FORUM ALGÉRIEN DE MÉDECINE ::: MED-DZ : Pour être en bonne santé... arrêtez de manger
  Log in to check your private messages 
Username: Password:   
Index  FAQ  Search  Memberlist  Usergroups  Profile  Annonces Med-Dz  Register

Pour être en bonne santé... arrêtez de manger
Jump to:  
Post new topic   Reply to topic    FORUM ALGÉRIEN DE MÉDECINE ::: MED-DZ Forum Index » Hors Médecine » Arts et Culture
Author Message
medone
Membre en progrès
Membre en progrès

Offline

Joined: 06 May 2009
Posts: 76
Sexe: Masculin
Année d'étude: Hors corps médical
Votre Faculté: Autres
Point(s): 77
Moyenne de points: 0
PostPosted: Sat 22 May - 20:50 (2010) Reply with quote

Bonjour à Tous

 
voici une page j'ai trouvée en effectuant des recherches sur l'alimentation, et que j'aimerais vous faire partager.
 
 
http://membres.lycos.fr/islamica/exces.htm
 
 
C'est un peu long, mais vraiment intéressant. Je ne sais pas si toutes les sources sont fiables, mais elles sont au moins à méditer.
Quand on regarde aujourd'hui, beaucoup de maladies sont dues à notre malnutrition.
Et je ne parle pas des gens qui ne mangent pas assez, ou des gens qui n'ont pas la possibilité, le choix de bien se nourrir,
je parle des gens qui ont le choix, et qui mangent trop !!! nous !!!
 
Cancers, diabètes, problèmes cardiaques, hypertensions, cholesterol, hépatites, calculs, hémorroïdes, obésité, fatigues chroniques etc etc etc ...
 
Si manger est évidemment un plaisir, l'être humain, nous, eux, toi, moi, tout le monde, nous avons tendance à oublier que l'alimentation est avant tout UN BESOIN VITAL !!!
 
La société de consommation et le mode de vie actuel favorisent ces comportements inappropriés.
Mais plus que cela, c'est notre laisser-aller, nos choix vers la facilité, notre paresse et le fait de satisfaire nos pulsions gourmandes qui nous trompent.
Chacun d'entre-nous sait faire cuire des légumes, du riz, éplucher une pomme de terre. Alors pas d'excuse, et on a tous le temps pour notre santé !!
 
Nous sommes bourrés de fausses idées, d'idées reçues, de fausses croyances sur la nutrition. Arrêtons d'écouter n'importe qui dire n'importe quoi !!
N'écoutons plus les organisations étatiques et autres associations de "bien publique", type OMS, elles font partie du système et nous incitent à la (sur)consommation !!!
 
Ah les fameux A.J.R. ... "apports journaliers recommandés"... mais comment faisaient nos ancêtres pour vivre sans !!?? xD
 
"vous manquez de magnésium", "vous manquez de fer", "vous manquez de vitamine P6X4W7", "mangez du bifidus actif pour mieux chier" etc etc etc...
Pensez-vous que les producteurs de produits manufacturés se soucient de votre santé? vous y croyez vraiment ??!!
NON !!! Ils bourrent leurs produits de sel, de graisse, de sucre, d'exhausteurs de goût, et autres saloperies, et vous bombardent de publicités pour vous remplir le ventre et se remplir les poches !!
voilà leur souci !!!
 
La théorie présentée ici peut paraître extrême, radicale, et extrêmement lourde car très opposée à nos "croyances" modernes.
Elle se base sur des enseignements issus de la religion musulmane, sur la médecine, et sur des exemples venus d'autres cultures que notre soit-disante "société moderne".
Je vous laisse seul juge.
 
 
bonne lecture, bon courage, et bon régime Smile
 
PS: je vous invite bien sûr à partager ces informations; ceci n'est pas une chaîne débile, et ne vous inquiétez pas, vous n'aurez pas 7 ans de bonheur si vous diffusez ce mail à au moins 7 personnes,
ni 10ans de malheur si vous jetez ce mail à la poubelle !!! ^^
 
 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Comme nous le verrons dans cet article, tous les excès sont néfastes, et donc à éviter. Les excès alimentaires n'échappent pas à la règle.
Notre communauté n'en est pas à l'abri, loin s'en faut... (Surtout pendant le mois de Ramadan).
La sur-consommation de viande par exemple, peut être source de bien des ennuis.
Gageons qu'à la lecture de ces lignes, beaucoup d'énergie stomacale sera transformée en énergie cérébrale... (A consommer sans modération.)
 
Dans le Coran 2 : 168 Ô gens! De ce qui existe sur la terre, mangez le licite et le pur; ne suivez point les pas du Diable car il est vraiment pour vous, un ennemi déclaré.
6 : 142 Et (Il a créé) parmi les bestiaux, certains pour le transport, et d'autres pour diverses utilités; mangez de ce qu'Allah vous a attribué, et ne suivez pas les pas du Diable, car il est pour vous un ennemi déclaré.
5 : 88 Et mangez de ce qu'Allah vous a attribué de licite et de bon. Craignez Allah, en qui vous avez foi.
7 : 31 Ô enfants d'Adam, dans chaque lieu de Salât portez votre parure (vos habits). Et mangez et buvez; et ne commettez pas d'excès, car Il [Allah] n'aime pas ceux qui commettent des excès.
 
 
Quelques hadiths: Le Prophète de l'Islam (b.s.l) a dit : "Nous sommes un peuple qui ne mange que lorsqu'il a faim, et s'il mange, c'est sans excès."
"L'homme n'a pas rempli de récipient pire que son estomac. Quelques bouchées suffisent pour se restaurer. Si l'homme tient à manger plus, qu'il resèrve un tiers pour la nourriture, un tiers pour l'eau, et un tiers pour l'air." (Rapporté par Ahmed; Ibnou Maja & Ha'kim).
"Il n'y a pas de récipient pire que le ventre du fils d'Adam rempli." (Tirmidy).
"Ceux qui seront rassasiés dans la vie d'ici-bas, la plupart d'entre eux seront affamés le jour du jugement".
L'Envoyé de Dieu (B.s.l) dit à abou Jouhayfa après l'avoir entendu roter : "Cela fait 30 ans que je n'ai pas été rassasié". (Baza'r)
"Un homme corpulent (grand mangeur et buveur) arrivé au jour du jugement, ne pèsera pas davantage qu'une aile de mouche." (Muslim et Bokhari).
Après avoir vu un homme corpulent, l'Envoyé de Dieu (B.s.l) dit en montrant son ventre du doigt : " Si tu avais mis cela ailleurs, cela aurait été plus bénéfique pour toi." (Tabarani).
Le Prophète (B.s.l) vit Aïcha manger deux fois, puis il lui dit : "N'as-tu pas d'autre préoccupation que ton ventre ?" Puis il a ajouté : "Manger deux fois par jour n'est que gaspillage; et Dieu n'aime pas les gaspilleurs." (Baïhaki)
L'Envoyé de Dieu (B.s.l) a dit : "Il y aura dans ma nation des hommes, se nourrissant de toutes sortes d'aliments, de boissons, et changeant d'habits continuellement. Ces hommes là seront les pires de ma communauté". (Tabarani).
Aïcha dit : "La première bida'a survenue après la mort du Prophète (B.s.l), fut celle de manger avec excès."
Aïcha dit à Orwa : "Ô fils de ma soeur, nous vîmes le croissant de lune, puis le croissant, trois fois le croissant en deux mois sans que l'on alluma un feu (pour cuisiner) dans un ménage de l'Envoyé de Dieu (B.s.l) ".
Loqman dit à son fils : "Remplir son ventre excite la stupidité, rend le coeur aveugle et endort l'esprit."
 
 
 
L'AVIS DE LA MEDECINE. Il n'y a qu'un régime sain au monde, c'est le régime traditionnel de la solide race de nos paysans l'autrefois, c'est-à-dire le régime simple, sobre, naturel, aussi peu carné qu'il est possible.
Il est rationnel, en effet, de manger des mets simples, naturels, récoltés dans son voisinage immédiat, de les accommoder sans raffinements culinaires, de considérer la viande comme un condiment plus que comme un aliment, et de sortir de table en restant un peu sur son appétit.
Quand on tient à la pureté de son état humoral et à l' équilibre de son caractère, il est même sage de s' abstenir d' aliments carnés et de boissons fermentées. C'est pourquoi on ne saurait trop répéter que : plus on mange, moins on a de forces ; plus on mange, plus on s'use et plus on s'empoisonne. L'alcool, l'abus de la viande et du sucre industriel constituent, en effet, les vices principaux de l'alimentation moderne .
L'alcool ravage les viscères et rend fou, tuberculeux ou cancéreux. L'excès de sucre surmène le foie, acidifie et congestionne l'organisme.
La viande est un aliment de fatigue, d'intoxication et de déviation mentale. Elle épuise par surexcitation ; elle infecte les voies digestives et les émonctoires par les toxines cadavériques et les poisons qu'elle renferme (entérite, appendicite, albuminurie, etc.) et par les irritations nerveuses qu'elle produit.
L'homme, l'anatomie comparée le prouve sans conteste, est un être frugivore, par la constitution de son tube digestif, de ses dents et de ses mains. Son instinct l' affirme sans réplique. Jamais la vue d'un animal vivant et encore moins d'un cadavre ne met l'appétit en éveil. Jamais il ne vient à l'idée des enfants, d'aller voler de la viande à l'étal d'un boucher ; mais quel entrain pour aller à la maraude des fruits !
Il a fallu inventer la cuisine pour masquer le goût nauséeux des cadavres et les faire accepter au palais, grâce à l' arôme des graisses rissolées et des condiments végétaux.
Enfin, le sentiment lui-même s'oppose au régime carné. Combien de gens, en effet, continueraient à manger de la viande, s'il leur fallait massacrer eux-mêmes, les animaux dont ils se nourrissent ? La viande de porc (jambon, charcuterie, lard, saindoux, pâtés, etc.) et le gibier sont des aliments très malsains qu'il convient de supprimer d' emblée et définitivement.
 
 
Dr. CARTON : "Le décalogue de la santé."
 
L'anatomie comparée a été fondée, comme on le sait, par un savant français, Cuvier, qui, grâce à elle, était capable, au moyen d'un morceau d'os infime, de reconstituer tout l'organisme de l'animal auquel il appartenait.
Or Cuvier, dont l' autorité est suprême en la matière, a déclaré :
"L'homme, au point de vue de l'alimentation, appartenait à la famille des frugivores." L'anatomie comparée nous enseigne que l'homme ressemble aux animaux frugivores en tous points, et aux animaux carnivores en rien..."
L'estomac humain est beaucoup moins volumineux et beaucoup moins fortement musclé que celui des carnivores. Ce détail a une grande importance, car l'estomac est par excellence le lieu de digestion des viandes. La forte musculature des estomacs des carnivores leur permet de broyer en quelque sorte les morceaux de chair qui y parviennent afin d'assurer leur dissolution dans l'acide chlorhydrique du suc gastrique.
Au contraire, l'estomac humain est plutôt un lieu d'attente où les rares albumines que doit contenir la ration alimentaire humaine seront digérées pendant que se continuera l' action si importante de la ptyaline, ferment soluble de notre salive, sur les amidons qu'elle dextrinise. Enfin la longueur de nos intestins nous fournirait une autre preuve du bien-fondé de la déclaration formelle de Cuvier, si cela était nécessaire.
Il a écrit de gros traités sur les affections engendrées chez l'homme par la consommation de la viande. Les limites de cet ouvrage nous interdisent d'entrer dans les détails qu'un pareil sujet comporterait. Nous ne pouvons que donner des indications générales.
1° La viande engendre dans l'intestin une putréfaction considérable avec prolifération microbienne intense. Les selles sont toxiques et irritent la muqueuse de l'intestin, causant l'entérite et l'entérocolite, maladies inconnues chez les peuples qui ne mangent pas de viande.
Cette infection du contenu de l'intestin par la viande est cause de la plupart des cas d'appendicite. Pendant la guerre, cette maladie si fréquente en Allemagne, y a diminué de plus des 9/10, à partir du moment où le blocus a fait disparaître la viande des tables de la population allemande.
2° L'alimentation carnée fatigue le foie qu'elle surmène et conduit à la sclérose. Ceci est extrêmement grave, car le foie est la principale défense de l'organisme contre les intoxications de toutes sortes qui le menacent sans cesse, et la sclérose, c'est à dire le durcissement, le vieillissement précoce de ses cellules, le rend impropre à remplir ses fonctions.
Dans tous les pays habités par deux races ayant des habitudes alimentaires différentes, on remarque que la race carnivore est sujette au cancer, tandis que la race végétarienne pourtant soumise aux mêmes conditions climatiques en est à peu près indemne.
Ceci a été observé aux Indes sur les Musulmans carnivores et les Hindous végétariens : en Egypte, chez les Coptes des villes, carnivores, et chez les fellah des campagnes, végétariens, et même en Irlande, où les habitants du Sud et de l'Ouest suivent un régime à peu près complètement végétarien, sont presque exempts de cancers, tandis que les habitants de l'Ulster, pratiquant la même alimentation que les anglais, ont la même proportion élevée de cancer. Si l'on ne connaît pas encore la cause du cancer, il y a cependant là une indication probante qu'il faut retenir.
Dès qu'un homme abandonne l'usage des aliments-poisons, la viande et l'alcool, qui ravagent son organisme, pour se nourrir scientifiquement ou pour mieux dire, naturellement; il voit disparaître peu à peu les misères physiologiques dont il souffrait, ses tares et ses maladies s'atténuer, et son aptitude au travail et au bonheur s'accroître considérablement.
Dans le domaine de la production intellectuelle et de la pensée comme dans celui des sports, les végétariens ont toujours compté dans leurs rangs des hommes ayant atteint au plus haut degré de vigueur et de noblesse.
Dans l'antiquité, Pythagore, le père des mathématiques et de la méthode scientifique; Platon, Epictète, Sénèque, Epicure lui-même, Porphyre, dans les temps modernes, Gassendi, Huquet, Pascal, et tout Port-Royal, Leibniz, Spinoza, Voltaire, Rousseau, ont été les protagonistes et les Apôtres du régime innocent, du régime sans viande.
Enfin, de nos jours, après Lamartine et Michelet, Elisée Reclus, Tolstoï, Bernard Shaw, Carpenter, Galiéni et Clémenceau ont prouvé que le végétarisme était compatible avec la plus grande activité intellectuelle.
 
 
J.C DEMARQUETTE . "Méthode de régénération individuelle et de progrès social."
 
Il va sans dire que lorsqu'on est arrivé, par une cure de jeûne bien conduite et suffisamment prolongée, à décrasser, puis à rétablir le fonctionnement physiolo-gique normal des organes d'un malade, il est de toute nécessité que celui-ci prenne la décision ferme de suivre un régime sain et rationnel, qu'il ne retombe pas aussitôt dans ses anciennes erreurs alimentaires, ou encore qu'il ne redevienne pas l'escIave de ses mauvaises habitudes antérieures ; si tel n'est pas le cas, le patient peut être assuré de voir reparaître bientôt les mêmes symptômes morbides qui deviennent aussi pénibles au fur et à mesure que progressera l'intoxication.
Comme on aura déjà pu s'en rendre compte par ce qui précède, nos sympathies vont au régime végétarien, qui nous semble le plus adéquat à notre nature et le plus propre à assurer un parfait équilibre de la santé ; ajoutons toutefois que nous ne sommes nullement un fanatique de la méthode ; nous admettons parfaitement, en partant du point de vue hygiénique pur, que l'on peut faire, de temps en temps, des repas où figure de la viande, sans pour cela que l'organisme en souffre trop, mais nous devons reconnaître que la viande n'a pas l'utilité alimentaire que le public lui accorde généralement, et qu'elle est le plus souvent superflue, sinon nuisible.
Toutes les observations, et elles sont innombrables, démontrent au contraire que les abstinents, les végétariens et surtout les fruitariens sont les seuls individus capables de fournir le maximum de travail effectif en un temps donné ; ce sont eux aussi qui sont les plus endurants.
Si, de l'homme, nous passons au règne animal, nous voyons la même chose : la force physique du boeuf ou de l'éléphant, animaux exclu-sivement végétariens, ne le cède en rien à celle du tigre ou du lion, dont l'énergie est de nature explosive, mais de très courte durée ; les carnassiers sont en effet incapables de soutenir un effort intense et soutenu.
Or voici ce que de nombreuses expériences et les faits journaliers enseignent à ceux qui veulent étudier la question sans idée préconçue : Les performances athlétiques les meilleures ont été accomplies par des végétariens et des abstinents ; les peuples les plus vigoureux et les plus endurants, ceux qui sont les plus aptes au travail physique intensif, sont justement ceux dont l'alimentation consiste principalement en fruits et en légumes.
Lefèvre cite le cas des ouvriers du port de Shanghaï, alimentés de riz, qui transportent à deux sur leurs robustes épaules des tonneaux de 200 à 300 kilogrammes, suspendus à une tige de bambou.
Nous avons trouvé dans l'ouvrage du Dr G. Durville un autre exemple tout aussi démonstratif de la force des végétariens : il rapporte que les Hindous pattamars, porteurs de dépêches, qui s'alimentent exclusivement avec du riz, parcourent chaque jour vingt lieues en moyenne et cela durant des semaines, sans en éprouver de fatigue. Il cite aussi le cas bien connu des cultivateurs russes qui vivent sobrement de légumes, de pain noir, de kacha (gruau de sarrasin). de lait et d'ail, et qui sont cependant capables de fournir un travail soutenu de seize à dix-huit heures par jour.
Dans son livre:"Le magnétisme qui guérit", le Dr Mollet relate des faits bien convaincants à ce point de vue: "Les soldats boliviens, dit-il, ne se nourrissent que de maïs, de cacao et d'eau ; il leur arrive de faire des marches de 40 kilomètres avec bagages. Les porteurs de Smyrne, nourris de pain noir, de fruits et de légumes, portent sur leurs épaules des charges dépassant parfois 200 kilo- grammes."
Lefèvre cite aussi les observations du Dr Cappel-Brook qui rapporte que les paysans norvégiens, se nourrissant à peu près exclusivement de légumes et de farineux, parcourent sans aucune peine des étapes de trois à quatre lieues, et cela au pas de course à côté des voitures de touristes qu'ils conduisent ainsi.
Les ouvriers et les bateliers égyptiens vivent presque uniquement de melons, de fruits, d'oignons, de fèves, de lentilles, de dattes ou de maïs ; ils sont doués cependant, grâce à ce régime, d'une force et d' une endurance toutes particulières.
Darwin raconte qu'il fut très surpris de constater l'énergie musculaire prodigieuse des mineurs du Chili, qui sont pourtant des végétariens stricts ; voici en quoi consistait leur régime : le matin, une ration de figues et de pain, à midi un plat de fèves cuites et le soir du blé rôti sur une plaque de fer. La force de ces hommes était telle qu'ils pouvaient porter des blocs de minerai pesant environ cent kilogrammes, et qu'ils remon-taient jusqu'à douze fois par jour une échelle verticale de 70 mètres avec cette charge sur leurs épaules, performance que n'accomplirait sûrement aucun ouvrier moderne, adonné à la viande et à l'alcool, substances prétendues fortifiantes.
Pour ce qui est des exploits sportifs, les meilleurs résultats ont presque toujours été obtenus par des végétariens et surtout par des fruitariens.
Les partisans du régime carné lui reconnaissent encore la propriété d'être un excellent stimulant du travail cérébral, mais cette affirmation est aussi fausse que la précédente et ne soutient pas un examen sérieux. Il est un fait d'observation générale que la puissance de production intellectuelle est beaucoup plus grande chez les végétariens.
Pour se rendre compte exactement de ce que sont les fermentations intestinales lorsqu'on se nourrit de viande, nous conseillons à chacun de faire la petite expérience suivante : elle consiste à examiner la nature et surtout l'odeur des selles pendant le régime carné et après quelques semaines de régime végéta- rien ; à moins d'être totalement dépourvu d'odorat, cette simple expérience ne peut manquer d'être tout à fait convaincante.
Nous avons eu comme patient un jeune professeur, licencié ès lettres, qui, ayant fait sur lui-même une bonne étude de l'état général produit par les deux régimes, les a résumés à notre intention :
Durant la première période de régime carné il souffrait d'insuffisance stomacale :
L'estomac était dilaté et distendu : immédiatement après les repas, il ressentait des lourdeurs et du ballonnement; trois ou quatre heures après le dîner cette fatigue générale n'était pas encore dissipée, rendant très pénible tout travail musculaire ou cérébral ; le moindre refroidissement était suivi d'un rhume avec état fébrile.
Quant au domaine sensuel, il note un état d'éréthisme et d'exci-tabilité désagréable avec " inca-pacité relative de dominer les instincts et les désirs". Pour ce qui est du travail cérébral, retenons une improductivité de l'esprit, par association d'idées insuffisantes et par manque d'attention ; enfin, au point de vue psychique, c'était l'instabilité :
" des élans intérieurs infructueux suivis d'un abattement profond, une impressionnabilité excessive, une inquiétude nerveuse continuelle, des rêveries de grandeur sans but effectif ", tel était le bilan de son régime carné.
 
 
Dr. E.Bertholet. "Le retour à la santé par le jeûne."
 
"Vivre consiste, aujourd'hui, à satisfaire aveuglément ses appétits. Manger avec excès sans tenir compte des lois de la nutrition, des aliments mal choisis et très souvent mal apprêtés".
 
 
Dr. Alexis Carrel :" Réflexion sur la conduite de la vie."
 
"Mêne une vie saine, conseille Hippocrate, et vraisemblablement tu ne tomberas pas malade, hormis l'éventualité d'un accident ou d'une épidémie. Si la maladie t'atteint, le régime convenable te donnera la meilleure chance de guérison." On prescrivait souvent la diète, si les forces du sujet le permettaient, car "plus nous alimentons des corps mal-portants, plus nous leur nuisons." En général, un repas par jour doit suffire, à moins que nous n'ayons le ventre très sec"
 
 
Par ailleurs, on peut lire dans "L'histoire de la civilisation" de Will Durant :
 
Chez les Romains : C'est en pratiquant un régime végétarien que les armées romaines ont fait la conquête du monde. Les troupes de César se plaignaient lorsque le blé venait à s'épuiser et qu'il leur fallait manger de la viande.
 
Au Japon (Au temps des Samouraïs.)
La viande était un plat rare sauf chez les nobles et les soldats. En se nourrissant de riz et d'un peu de poisson, et sans prendre de viande, se développaient chez le travail-leur de solides poumons et de muscles solides : il pouvait franchir de 80 à 120 kms en vingt quatre heures sans être épuisé : s'il mangeait de la viande, il voyait diminuer son rendement.
"Certains hommes, poussés par la gourmandise, courent se réunir pour boire, comme s'il leur fallait accumuler des provisions en vue d'un siège...Les aliments coûtant le moins cher sont toujours les plus utiles."
"A redouter spécialement les indigestions provenant des viandes, car elles sont déprimantes dès l'abord et elles laissent après elles des traces pernicieuses. Mieux vaut habituer son corps à n'exiger aucune viande en sus des autres aliments. Car la terre contient en abondance maintes choses qui non seulement nous nourrissent, mais nous donnent de l'aise et du plaisir".
Plutarque.
 
 
"Trop manger alourdit l'esprit; l'excès des aliments étrangle l'âme." Sénèque
 
EN PERSE : Jusqu'au règne de Xerxès, la masse de la population était d'une grande sobriété, ne faisant qu'un repas par jour et ne buvant que de l'eau.
Le déclin de la Perse préfigure presque point par point le déclin de Rome : immoralité et dégénérescen-ce dans le peuple, violence et inertie sur le trône. Comme les Mèdes avant eux, les Perses passèrent, en quelques générations seulement, du stoïcisme à l'épicurisme. Manger devint l'occupation principale de l'aristocratie : ces mêmes gens, qui s'étaient fait à l'origine une règle de ne faire qu'un seul repas par jour, continuèrent d'observer cette règle, mais le repas durait de midi à minuit; ils garnis-saient leurs garde-manger de mille douceurs, et servaient parfois à leurs hôtes des animaux entiers; ils s'empif-fraient des mets les plus rares et les plus coûteux et concentraient toute leur attention sur l'invention de nouvelles sauces, ou de nouveaux desserts.
Artaxerxès Memnon, obligé de battre précipitamment en retraite et n'ayant à manger que du pain d'orge et des figues, s'écria : "Quel plaisir! Jamais encore je ne l'avais savouré!"
"Une des preuves que le goût de la viande n'est pas naturel à l'homme, est l'indifférence que les enfants ont pour ce mets-là, et la préférence qu'ils donnent tous à des nourritures végétales, telles que le laitage, la pâtisserie, les fruits etc... Il importe surtout de ne pas dénaturer ce goût primitif, et de ne point rendre les enfants carnassiers : si ce n'est pour leur santé, c'est pour leur caractère."
J.J Rousseau .
Trois repas par jour représentent une institution très avancée. Les sauvages se gorgent de nourriture ou jeûnent.
Les plus sauvages parmi les tribus d'Indiens d'Amérique auraient trouvé déshonorant et inconvenant de conserver de la nourriture pour le lendemain.(...)
"A quoi penses-tu ?" Demanda Peary à l'un de ses guides esquimaux. "Je n'ai à penser à rien, répondit celui-ci, j'ai de la viande en abondance."
Les peuples primitifs sont extrêmement avides de viande, même lorsqu'ils se nourrissent principalement de céréales, de légumes et de lait.
 
EN ALLEMAGNE (Au Moyen-âge) : Manger et boire étaient des occupations majeures. La moitié de la journée d'un riche allemand s'écoulait à faire passer des aliments d'une extrémité à l'autre de son anatomie. Les bourgeois étaient fiers de leur appétit qui, comme le vêtement de leurs femmes, servait de hérault à leur prospérité. Un artiste de cirque gagna une réputation nationale en mangeant au cours d'un seul repas une livre de fromage, trente oeufs et une miche de pain, exploit après lequel il tomba raide mort. Les dîners durant sept heures et comportant quatorze toasts n'étaient pas inhabituels. Les noces étaient dans de nombreux cas des orgies de gourmandises et d'ivresse. un prince jovial signait ses lettres Valete et inebriamini (portez vous bien et ennivrez vous!) L'électeur de Saxe s'enivra à mort à l'âge de vingt sept ans. Une société de tempérance luttait contre cette plaie, mais son premier président mourut pour avoir trop bu. On affirmait que la gloutonnerie racourcissait la durée de la vie. Erasmus Winter déclara en 1599 : "Par suite d'une alimentation et d'une consommation de boissons immodérées, il y a maintenant peu de gens âgés, et l'on voit rarement un homme de trente ou quarante ans qui ne soit affecté par quelque maladie, la gravelle, la goutte, la toux, la consomption ou un mal quelconque".
 
QUELQUES CONSEILS POUR LE JEÛNE : Durant le jeûne, ce ne sont pas seulement nos organes physiques qui doivent se reposer et se rénover complètement, il faut encore y ajouter le repos psychique, cultiver les pensées élevées et les entretenir par des lectures appropriées.
Il faut se rappeler que le jeûne est «une opération sans couteau » on doit donc se comporter en conséquence, se reposer souvent, ne pas vivre dans l'agitation (...) le sommeil de la nuit est indispensable; même léger, il est très réparateur.
Enfin le jeûne doit être le point de départ, d'une vie nouvelle, plus morale et plus spirituelle; il doit nous apprendre à ne plus commettre d'erreurs tant au point de vue de l'hygiène physique que psychique.
Le jeûne peut et doit nous ouvrir la voie à une vie supérieure toujours plus dégagée de la matérialité.
Le jeûne nous apprendra à dominer nos passions physiques : gourmandise, sensualité, tout aussi bien que nos défauts psychiques : colère, envie, jalousie, haine.
Le jeûne pratiqué en pleine conscience de ses merveilleuses possibilités nous donnera la vraie liberté spirituelle, et partant, la satisfaction et le parfait bonheur.
Dr. E.Bertholet. "Le retour à la santé par le jeûne."
 


Vous voulez savoir ce que vous pouvez faire avec le nouveau Windows Live ? Lancez-vous !
Publicité





PostPosted: Sat 22 May - 20:50 (2010)

PublicitéSupprimer les publicités ?
dr didou
La Team
La Team

Offline

Joined: 03 Dec 2009
Posts: 985
Sexe: Masculin
Année d'étude: Médecin spécialiste
Votre Faculté: Fac-Oran
Point(s): 424
Moyenne de points: 0
PostPosted: Thu 8 Jul - 12:42 (2010) Reply with quote

merci pour le partage
_________________________________________
اللهم اجعلني خيراً مما يظنون

ولا تؤاخذني بما يقولون

واغفر لي ما لا يعلمون
Yahoo Messenger
Free-mind
V.I.P
V.I.P

Offline

Joined: 08 Oct 2009
Posts: 858
Sexe: Féminin
Année d'étude: Médecin généraliste
Votre Faculté: Fac-Batna
Point(s): 896
Moyenne de points: 0
PostPosted: Fri 9 Jul - 07:54 (2010) Reply with quote


_________________________________________
le sage même s'il se suffit aime pourtant avoir des amis ne serait-ce que pour mettre l'amitié en pratique et ne pas laisser une si belle vertue inemployée.
dr kaouther
L'équipe Med-DZ
L'équipe Med-DZ

Offline

Joined: 04 Jul 2010
Posts: 1,357
Sexe: Féminin
Année d'étude: Interne
Votre Faculté: Fac-Blida
Point(s): 1,370
Moyenne de points: 0
PostPosted: Fri 9 Jul - 11:03 (2010) Reply with quote

merci
_________________________________________
nul ne peut attendre l'aube sans passer par le chemin de la nuit .KHALIL GIBRAN
la vraie sagesse est de ne pas sembler sage .Eschyle
Contenu Sponsorisé





PostPosted: Today at 22:54 (2019)

Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    FORUM ALGÉRIEN DE MÉDECINE ::: MED-DZ Forum Index » Hors Médecine » Arts et Culture


 


Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation

Med-Dz by TiBoy 2008-2010
phpBB skin developed by: John Olson
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group